Reuters

La CGT plaidera lundi auprès des autres syndicats de salariés pour l'organisation d'une journée de grève interprofessionnelle début janvier, annonce dimanche son secrétaire général Bernard Thibault.
"La situation est gravissime (...) Il y a urgence", a dit Bernard Thibault à l'occasion du "Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro".
"La CGT va proposer de préparer une journée de mobilisation de toutes les professions début janvier qui comportera des grèves et des manifestations."
"La plateforme (de revendications) a déjà été esquissée lors d'une précédente réunion: emploi, pouvoir d'achat, service public et protection sociale", a dit Bernard Thibault, prié de préciser les raisons de cette menace de grève.
"Il y en a marre de voir des entreprises fermer alors que rien ne justifie qu'elles réduisent la voilure dans la mesure où elles le font", a-t-il ajouté, prenant l'exemple de l'industrie automobile.
Le ministre de la Relance Patrick Devedjian a dit dimanche sur BFM TV qu'il demanderait aux entreprises automobiles de ne pas délocaliser des emplois en échange des aides que l'Etat leur apporterait.
L'organisation d'une journée de grève interprofessionnelle pourrait se cumuler à celle des salariés de l'éducation, dont les principaux syndicats ont adopté vendredi le principe d'une journée de grève après Noël pour protester contre la politique menée par le ministre de l'Education Xavier Darcos.

Clément Guillou