Ce matin, écoutant “France Culture” (pour échapper à “France Inter” de plus en plus sarkozysée…), j’avoue avoir été consterné.
Un des “spécialistes” de l’Asie Centrale et du sous-continent indien, M. Olivier Roy était interrogé sur son dernier livre “La sainte ignorance, le temps de la religion sans culture” (ed. Seuil), un ouvrage qui porte sur la “crise des religions” et les fondamentalismes dans les trois religions monothéistes, Judaïsme, Christianisme, Islam et leur rapport à la mondialisation.
Jusque là, rien que de très normal.
Là où ça l’est moins, c’est dans les questions et commentaires sur “France-Culture”.

Les fondamentalismes deviennent au fil des propos  “le” fondamentalisme, puis l’Islamisme puis l’Islam, puis, tout simplement, la religion musulmane…
Propos on ne peut plus réducteurs et stigmatisants, scandaleux sur une chaîne de radio publique (donc payée aussi par nos concitoyens musulmans) et qui devrait expliquer plutôt que de nourrir les fantasmes islamophobes et identités meurtrières…

Ces mécanismes de stigmatisation sont exactement les mêmes que les nazis ont employé à l’égard des communistes.
“Communiste, pas Français”,
disait le soldat allemand qui cassa les jambes du jeune Résistant Guy Môquet, après son exécution, pour le faire entrer dans un cercueil trop petit…
Communiste, Paul Euzière. “Un risque” pour Grasse (!!!) écrit le candidat-employé du maire de Grasse à l’élection cantonale de Grasse-Nord.

“Musulman!”,  ”Communiste” aujourd’hui, hier “sous-homme juif”…

Les Bush, Berlusconi et autres Sarkozy (et ses relais locaux) responsables de tant de malheurs dans le monde et dans leur pays n’ont que la haine et la stigmatisation à la bouche.

Je rêve et je me bats -et je continuerai de me battre- pour un monde sans guerre, pour une société fraternelle ou chacun a sa place, la place qu’il mérite au regard de ses seules valeurs et de ses compétences, qu’il soit Musulman, Juif, Chrétien, croyant ou pas.

Tous les hommes sont mes frères. Sauf ceux qui excluent et stigmatisent.