Le peuple tunisien, qui a chassé un tyran, vit dans l'incertitude et la peur. Que va faire l'armée, et que va faire la police ? Qui organise les pillages et la terreur ? A quel jeu souterrain les puissances intérieures et étrangères qui ont soutenu Ben Ali se livrent pour garder ce pays dans le giron du capitalisme financier mondialisé, corrupteur et corrompu ? A la révolte provisoirement victorieuse va-t-on voir succéder une révolution authentique organisant le pouvoir effectif du peuple ou bien une confiscation par des équipes à la solde de ces puissances ?

mail Sarkozy-Ben Ali: Je t'aimais tant...

"Une révolution, ce n'est ni une bourrasque de violence ni un simple changement des équipes au pouvoir; une "révolution", c'est, dans la vie d'un peuple, ce qu'est une "conversion" dans la vie d'un homme, c'est-à-dire un changement radical des fins, des valeurs et du sens de la vie et de l'histoire.
"
(Roger Garaudy)