La cybercommunication, comme tout moyen d’influence verbale et de pouvoir, est une épée à double tranchant. Elle porte les projets de libération des amis de l’homme et de l’émancipation humaine, comme les monstruosités innombrables, multiformes de l’asservissement et de la structuration idéologique des foules par les fomenteurs de l’aliénation s’érigeant en une sorte de métaphysique du mercantile. Mercantilisme qui parle d’une réalisation-intégration de l’humain (toujours simplement pécuniaire et institutionnel) à l’heure où les institutions de reconnaissance officielle sont de plus en plus désignifiées, assimilant en leur sein, les agents les plus grivois, les plus clownesques de l’ordre socioéconomique en pied de nez aux vraies valeurs pour la globalisation de la réification utilitaire qui instrumentalise l’humain et procède par désignification, par soumission prostituante systématisée.

Camille Loty-Malebranche

Lire ICI le texte complet