Le désir clignote dans les yeux de la femme. Ses muscles se contractent sur son genou qu'elle enserre. Il ne faudrait ne pas laisser passer ce moment de flamme érotique ou bestiale. Mais il y a ton amour, ce palimpseste légitime amour. Il n'est pas cette femme tendue vers toi, provisoirement. Et que tu refuses , pour protéger ton amour quotidien. Un quotidien riche, peut-être, si tu as appris à être heureux. ? Il y a en toi des souches de tendresse, bien  sûr. Tu sais les délivrer à autrui. Mais selon ton choix en concerti, pourrait-on dire. Les concerti sont plus faciles à vivre que les symphonies. Tu te contentes d'un quotidien mineur. Le supermarché y croise la cuisine. Tu ne rends de comptes à personne, mais on peut te proposer l'altérité, et cela te fait jubiler. Qui es-tu ? Inactif de tes bras, et maladroit des doigts. Retraité déjà. Le temps fuit comme une truite dans un ruisseau. Tu as le loisir de réfléchir, comme dans un couvent, c'est à dire comme le chantait Moustaki, en prenant " Le temps de vivre ".Mais, tu n'as pas troussé de religieuse.  Cela confère-t-il des privilèges d'être ainsi atypique ?. On ne sait pas. Il vaudrait mieux être un thaumaturge, ce qui est parfois possible. " Le Marchand de Bonheur "...C'est tout simple, et cela est entré au patrimoine des chansons. Mais tu ne diras jamais : " Vive les chansons ".Tu te maintiens à l'abri des décibels. Mais je t'importune, aussi excuse-moi.

      Je prends le temps de lire le journal. Rendez-vous à la ligne suivante. Non, je ne me moque pas. Parlez, discutez, on le suggère partout. C'est sans doute une grande Vérité, qui nous dépasse, et conduit jusqu'à Dieu.

"  Ma maison manque de prières " avait écrit Henri Pourrat, et il avait ajouté ailleurs :

" Le travail ,ne doit pas être une pénitence " ***

 

( La Sève- Editions Fata Morgana )

 

Notes de lecture de Pierre Alix