La monarchique tyrannie saoudienne et les gesticulations occidentales…

Par Camille Loty Malebranche

 

Encore une fois, l’attitude des chefs d’État occidentaux se rendant en Arabie Saoudite pour jouer les derviches tourneurs devant le trône d’une famille prédatrice et violente, monarchie despotique au nom précisément d’un islam déformé et politisé à souhait, nous met en présence de l’incohérence occidentale face au fondamentalisme religieux et à l’islamisme violent en général. Après avoir lâchement assassiné Kadhafi pour cruauté antidémocratique, l’occident éhonté jusqu’à l’indécence, se prostitue dans une sorte de reptation politique inqualifiable devant les violateurs monarchistes des droits démocratiques du peuple saoudien.

Loin des pulsions charnelles où la faiblesse fait tomber le plus volontaire des saints, en politique, si la volonté et la dignité y sont, on peut résister à la vilenie. Et, l’homme d’État vraiment digne, non simplement politicien, doit pouvoir faire primer les idéaux de noblesse sur les intérêts mesquins de classe ou de caste idéologique. La civilisation qui s’affirme telle contre toute barbarie, à travers ses hommes d’État, doit être l’incarnation active et en même temps le symbole de ses idéaux sinon devrait cesser d’y prétendre. Assumer ses idées ou cesser d’y prétendre, telle est la règle supérieure de l’action politique civilisationnelle… 

Pendant que l’occident clame son désaveu ferme de l’extrémisme religieux, pourfend l’une des plus haïssables conséquences dudit extrémisme, le terrorisme et l’intolérance qui le sous-tend, le même occident continue son comportement scandaleusement dévoyé où il est le plus vulgaire complice de la tyrannie et de l’ignominie politiques de la religion d’État instaurée sur mesure par et pour la monarchie théocratique saoudienne régnant par la charia, piétinant sans état d’âme les moindres droits du peuple. Porter au pinacle du respect des extrémistes d’État, est tout aussi vil que d’appuyer des terroristes car tenant du même principe de cautionnement de l’intolérance religieuse et de sa violence...  

La grimace et les singeries d’un occident interventionniste de la démocratie à l’échelle planétaire, se révèlent définitivement comme tare caractérielle que les dirigeants de tous horizons partisans, droitiers ou gauchistes, mettent en scène dans la plus fourbe des crâneries, la plus ignoble des impudences. Délégitimé, le moralisme occidental pue répugnamment, la décomposition mentale, la platitude de la flagornerie à la fois vénale et géopolitique.

À force de sencanailler pour de grossières déraisons érigées raisons géopolitiques et économiques, les démocraties occidentales, déjà intérieurement détournées en ploutocraties masquées, finissent par patauger dans le déni de tout principe, la désignification de leurs moindres repères et références.

 

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE sur son blog http://intellection.over-blog.com/