18 sept. 2014

Autogestion révolutionnaire, quelle réalité ?

Or, nous dit Louis Janover, il est clair que la réflexion de Marx dans ce domaine se situe sur deux plans bien distincts. Il est question, d’une part, du prolétariat investi d’une tâche émancipatrice et doué d’une spontanéité dynamique et créatrice - cette conception relève alors d’une vision éthique de la mission historique qui incombe à cette classe dont les luttes transcendent le cadre politique de la démocratie bourgeoise ; et, d’autre part, du concept sociologique de la classe ouvrière tel qu’il est défini par exemple dans le... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 20:59 - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 sept. 2014

"Elles offrent leur sang pour assurer l'honneur de toute une nation"

Sanaa Mehaidli est la première femme-martyre libanaise. Son opération fut menée le 9 avril 1985 à Bater Al-Shuf Jezzine : elle conduisait une voiture chargée d’explosifs, qu’elle lança contre un convoi de l’armée israélienne. La raison première invoquée par Sanaa pour justifier son geste était la vengeance contre l’ennemi israélien : « Je fais mon devoir pour l’amour de mon peuple et de mon pays ». Elle devient alors une véritable icône de cette résistance à l’occupant israélien, et une source d’inspiration pour... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 16:07 - Permalien [#]
Tags : , ,
18 sept. 2014

De quoi l'Orient est-il le nom ?

Henry Laurens évoque ainsi dans les strates les plus profondes les traces de l’essaimage hellénistique dans toute la Méditerranée et jusque dans l’actuel Afghanistan. Des Iles britanniques aux confins de la Perse sassanide, l’empire de Rome laissera plus tard une empreinte durable, déterminant une culture politique commune à l’Orient et à l’Occident. L’Empire ottoman dont le centre de gravité s’est historiquement trouvé en Europe orientale tient davantage de Byzance que des grands empires arabes médiévaux dont les premières élites... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 10:20 - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 sept. 2014

Alain Bihr, Fernand Braudel, et le capitalisme...

En troisième lieu, nous dit Alain Bihr, comme la plupart des historiens, victimes de la prédominance du paradigme libéral, Braudel réduit le capitalisme à une croissance et un développement des rapports marchands, notamment sous la forme du commerce lointain, en réduisant du coup le capital au seul capital marchand. Par conséquent, il tend à méconnaître voire à ignorer la différence essentielle, une nouvelle fois établie par Marx, entre capital marchand et capital industriel, autrement dit le moment où le capital se rend maître non... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 06:23 - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 sept. 2014

Le capitalisme à "visage humain" est-il autre ?

Pour Camille Loty Malebranche, le capitalisme à visage humain ne sera jamais qu'une étape vers les pires crimes futurs contre l'humanité, premier pas vers les débordements ultérieurs de l'égoïsme primaire, de l'avarice prétentieux et du délire de puissance et d'arrogance par le gain et l'accumulation. Le capitalisme porte en lui les germes de la violence et de la guerre que sont l'injustice et les agressions des majorités par quelques-uns corrompant l'État et utilisant sa force contre le peuple, effectuant froidement et... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 01:39 - Permalien [#]
Tags : , ,
17 sept. 2014

Stopper la mainmise du capitalisme sur le climat!

Les scientifiques ont clairement montré que l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre a commencé il y a 250 ans avec la révolution industrielle et s’est accélérée au cours du siècle dernier. De cette analyse, il est clair que le modèle industriel extractiviste et productiviste au profit de quelques-uns est la principale cause du problème. Nous devons remplacer le capitalisme par un nouveau système qui vise l’harmonie entre les humains et la nature, et non maintenir un modèle de croissance sans fin que le système capitaliste... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 19:38 - Permalien [#]
Tags : , ,
17 sept. 2014

La Commune: la souveraineté ne se délégue pas, elle s'exerce directement!

La grande affaire de la République « sociale » pour laquelle se sont levés les hommes et les femmes de 1871 était de se gouverner soi-même. Pour eux la souveraineté ne se délègue pas, elle s’exerce directement, ou le plus directement possible. De toutes les révolutions du XIXe siècle, la Commune est celle qui a porté à son point le plus haut cette organisation de la souveraineté populaire, où les représentants ne sont que tolérés par ceux qui les ont élus et où les citoyens entendent participer réellement à l’exercice... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 13:18 - Permalien [#]
Tags : ,
17 sept. 2014

L'économie est-elle désormais le discours des puissants?

Pour Bernard Maris, l'économie est désormais le discours des puissants. C'est une science religieuse. Malheureusement, je ne vois pas comment on peut en sortir. Vous êtes contre la compétitivité? Alors vous voulez créer du chomage! L'économie se présente comme le discours du bonheur qui s'est substitué au discours du lien, de la fidélité, ou encore de l'honneur, de la grandeur et de l'histoire. Pour Bernard Maris, l'économie est désormais le discours des puissants. C'est une science religieuse. Malheureusement, je ne vois pas... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 10:43 - Permalien [#]
Tags : , ,
16 sept. 2014

André Gorz, le vice profond des bagnoles!

André Gorz, le vice profond des bagnoles !  Paradoxe de la voiture automobile : en apparence, elle conférait à ses propriétaires une indépendance illimitée, leur permettant de se déplacer aux heures et sur les itinéraires de leur choix à une vitesse égale ou supérieure à celle du chemin de fer. Mais, en réalité, cette autonomie apparente avait pour envers une dépendance radicale : à la différence du cavalier, du charretier ou du cycliste, l’automobiliste allait dépendre pour son alimentation en énergie, comme d’ailleurs... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 20:34 - Permalien [#]
Tags : ,
16 sept. 2014

Les dragonnades? Une leçon pour qui?

Les dragonnades ? Une leçon pour qui ? Les dégâts commis par les dragons convertisseurs n’étaient que trop comparables à leurs cruautés envers les personnes. « Il n’y avait point de meubles précieux, ou chez les riches marchands, ou chez les personnes de qualité, qu’ils ne prissent plaisir à gâter. Ils ne mettaient leurs chevaux que dans des chambres de parade. Ils leur faisaient litière de ballots de laine, ou de coton, ou de soie ; et quelquefois, par un barbare caprice, ils se faisaient donner le plus beau... [Lire la suite]
Posté par Michel Peyret à 13:43 - Permalien [#]
Tags : ,